Transports

Pin It

Transports

transportLes infrastructures routières sont en général limitées à une route côtière du fait de la morphologie des îles. Le trafic routier est particulièrement dense à Tahiti, du fait du caractère linéaire de l’agglomération, et de l’absence de réseau de transports en commun organisé. Malgré de nombreux projet de transport en commun comme les lignes de Tramway, monorail ou télécabine urbain, Les bouleversements politiques que le pays encoure depuis 2 004 ont tout fait pour qu’un réel politique du transport ne soit appliqué. Avec une moyenne de 10 000 véhicules nouvellement immatriculer chaque année, hors poids lourds et deux roues, Papeete, se retrouve à accueillir un trafic de plus de 100 000 véhicules par jours aux heures de pointes. Sachant que la population de Tahiti seul est de 170 000 habitants. Dans de telles conditions, il est clair que les infrastructures routières ne sont pas adaptées aux conditions de circulations.

Le transport aérien intérieur est assuré par la compagnie aérienne de Polynésie française, Air Tahiti autrefois appelé Air Polynésie. La compagnie, composer d’une treizaine d’ATR dessert environ 60 destinations et transporte environ 700 000 passagers par an. Mais avec la crise économique que le pays endure depuis plusieurs années, les fréquentations sont en constante diminutions. A noter que pour pallier à ce manque à gagner, les services de tourisme se retournent vers la population locale qui est devenu le principal acteur économique du tourisme dans les îles. Cela par des promotions accessible à tout résident de Polynésie y compris les étrangers résidents sur le territoire.
Le transport international est effectué principalement par : Air Tahiti Nui, Air France, Air New Zealand, Lan Airlines, Hawaiian Airlines et Aircalin. L’aéroport international de TAHITI FAAA est la seul plateforme officielle ouvrant la Polynésie au reste du monde par les airs. Plusieurs aéroports peuvent être classés aéroport international de par leurs infrastructures déjà présentes sous simple volonté politique.

Outre le transport aérien, le transport maritime n’est pas en reste. Avec plusieurs marinas, des ports à sec et plusieurs ports autonomes dont un seul en activité réel pour l’instant, TAHITI n’est pour l’instant qu’une destination finale. Les infrastructures n’étant plus adapter aux super tankers actuels, les navires cargo desservant le port de PAPEETE ne sont que des feeders. De nombreux projets semblent se concrétiser depuis peu. Avec notamment la société Forebase (compagnie chinoise) investissant plusieurs milliards d’euros pour plusieurs projets touristiques, la politique du trafic portuaire se verra considérablement modifié par cette occasion. De plus de plus en plus de paquebot de grande taille (plus de 5 000 passagers) accoste au port de plaisance de Papeete.
Mais d’autres projets traînent dans les cartons du pays. Comme le port de pêche de Faratea, le site d’aquaculture de HAO où MAKEMO, ou encore le port de plaisance de MOOREA. Mais ces projets dates de plusieurs dizaines d’année et même si quelques ébauche de ces programmes semblent sortir de terre, on est encore très loin d’y aboutir.

port-faraatea
Port de FARATEA en travaux prise en 2011 et inchangé à ce jours de 12/2014.

 

La carte ci-dessus vous permet de naviguer librement afin d’avoir un aperçu de TAHITI et ses îles.
A noter également que cela pourrait être très pratique si vous avez déjà votre adresse à TAHITI. Afin de voir les différents centre d’intérêts dans les alentours de votre lieu de résidence.
La Polynésie française ne possède pas encore de système de navigation. Même si certaines société comme Google avec son Google earth ou Google map sont assez avancé sur les base de données géographique.
Le fait est que les habitants de ce Pays d’outre mer français n’aient pas l’habitude de référencer un adresse selon les rues et les numéros de résidence. Les autochtones se repèrent grâce à des commerces, des monuments ou références visuels. Par exemple, si vous demandez à un résident Polynésien où se trouve le centre d’équitation (appeler généralement l’hippodrome), il vous guidera en vous indiquant un bâtiment bleu au niveau d’un carrefour tricolore. Il faudra ensuite prendre la route qui part vers la montagne et suivre les panneaux d’indication tout le long de cette route.
Mais si vous êtes féru de nouvelles technologies, sachez qu’il existe sur les plateformes mobiles, des applications de navigations qui fonctionnent très bien en Polynésie.

Pin It